La maison des Levasseur_T1_1958_Le grand bouleversement_JulieRivard

Titre : La maison des Levasseur_T1_1958_Le grand bouleversement

Auteur : Julie Rivard

Éditeur :  Les éditeurs réunis

Date de parution : 20 février 2019

Résumé : Été 1958. La famille Levasseur hérite d’une demeure ancestrale longtemps inhabitée. Nichée au creux de la forêt et sise aux abords du lac Pohénégamook, la résidence est majestueuse, mais négligée. 12

Peu importe, ce legs inespéré devient le signe d’un nouveau départ. En quittant leur village de la Côte-de-Beaupré pour ce coin de pays qu’ils n’ont jamais exploré, les trois soeurs Levasseur et leurs parents sont bien loin de se douter qu’un drame les guette, précurseur d’une série de bouleversements parfois affligeants, parfois exaltants. Entre les rénovations, les rumeurs propagées par les villageois, la face cachée d’un séduisant épicier italien et l’arrivée de travailleurs étrangers, les soeurs Olivia, Raquel et Béa ne savent pas où donner de la tête. Et alors que les élans du coeur aspirent à les emporter, il leur faut entretenir cette maison unique dont la vocation se révèle incertaine. Parviendront-elles à en faire leur petit havre de paix ?

 

Mon avis :  Vous savez, moi et les romans historiques, nous ne sommes pas en parfaite symbiose. J’ai tendance à partir avec un pied derrière. Pourtant, j’ai choisi ce livre parce que la plume de Julie Rivard m’avait charmée dans le passé.

Bref, j’ai eu l’impression que je commençais ma lecture en me disant que je n’aimerai pas ma lecture. Parce que les romans historiques, je les trouve souvent sombres et ils riment souvent avec longues descriptions et où les dialogues se font rares.

Surprenamment, la plume de Julie est venue m’ensorceler. L’histoire est intéressante. De belles histoires d’amour comme je les aime, même si dans ce cas-ci, j’ai trouvé les sœurs un peu expéditives! Néanmoins, les dialogues sont punchés, les sœurs sont drôles et téméraires. On s’attache à elles. Les personnages qui gravitent autour d’elles sont aussi intéressants. On se surprend à être attendri par la maman des filles, qui est d’origine stricte et rigide.

Il va sans dire que je lirai le deuxième tome sans hésiter. La petite enquête par rapport aux méfaits infligés à Costa vient ajouter de la chair autour de l’os sans prendre toute la place. J’ai été charmé par le personnage de Mederick simplement parce qu’il porte le même nom que mon fils! J’ai trouvé la similitude drôle dès le début de ma lecture!

En résumé, un bon roman avec des personnages qui ont de la répartie, des personnages comme Marion (la maman des filles) qui est un si beau modèle de persévérance et de force. Bref, plein de bons moments passés avec les Levasseur!

medailles-recompenses212

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s