Si j’avais un perroquet je l’appellerais Jean-Guy (parce que Coco c’est déjà pris)_BlandineChabot

Titre : Si j’avais un perroquet je l’appellerais Jean-Guy (parce que Coco c’est déjà pris)

Auteur : Blandine Chabot

Éditeur : Les éditions Au carré

Date de parution :  01 mai 2017

Résumé : C’est dans un roman de Françoise Sagan emprunté à la bibliothèque que Catherine trouve un marque-page bien particulier : le nom d’un homme – Jean-Philippe – et son numéro de téléphone, suivi de l’invitation « Appelle quand tu veux ».
Célibataire mais aussi anéantie par sa dernière relation amoureuse, Catherine se lance dans un projet que son amie Margaux situe « à mi-chemin entre le plus fou des désespoirs et le plus admirable des espoirs ». Appeler ce Jean-Philippe.

Si j’avais un perroquet, je l’appellerais Jean-Guy (parce que Coco c’est déjà pris), c’est l’histoire d’une rencontre improbable, d’un chat nommé Luc, d’une collection de miroirs, d’une Bénédicte aux cheveux roux, d’une impératrice russe et d’une profonde aversion pour les chemises à manches courtes.

 

Mon avis :  J’ai une difficulté énorme à me situer par rapport à ce roman.

Je suis complètement mitigée.

J’ai eu entre les mains un livre des plus uniques au vocabulaire divertissant et très varié. C’est rafraîchissant et ça change de ce qu’on a l’habitude de lire. 

On a une histoire qui s’annonce divertissante, rocambolesque. Pourtant, je trouve l’histoire longue avant de démarrer. On se perd souvent dans ce champ lexical des plus immenses! On en perd le fil.

Néanmoins, c’est toujours distrayant de lire cette syntaxe, mais ça nous mène où tout ça?

J’ai adoré les tournures de phrases, le ton naturel et actuel du personnage principal. Catherine est une femme colorée et attachante. J’ai aimé aussi que le livre soit parsemé de messages qui nous montrent l’importance de vivre et d’apprécier la vie. Ce qui m’a fait énormément réfléchir.

Le point qui me faisait décrocher est lorsque l’auteure s’étant sur un même sujet sans que ça apporte davantage à l’histoire. Je me suis souvent dit : OK, mais on s’en va où?

Reste tout de même que j’ai aimé, même adoré le roman, mais ce qui m’a charmée est le style d’écriture plus que l’histoire en tant que telle.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s