L’enlèvement_CarlRocheleau

Titre : L’enlèvement

Auteur : Carl Rocheleau

Éditeur : Éditions de Mortagne

Date de parution : 5 octobre 2016

Résumé : Janvier 1984, Montréal.

À la sortie de l’école, Véronique Rocheleau est abordée par un homme qui prétend la connaître. Convaincue par le discours de l’inconnu, la fillette de huit ans abandonne ses amies et le suit.

Véronique n’a aucune idée du cauchemar dans lequel l’attire François, celui dont le nom la hantera durant les trente prochaines années.

Loin de s’arrêter à l’enlèvement, ce livre expose les conséquences qu’un tel drame peut engendrer chez la victime.

Et si le plus difficile était de survivre?

« La panique s’empare de moi. Personne ne sait que je suis ici. Ma mère ne viendra pas. Je ne retournerai jamais chez moi.

Je m’effondre en larmes. Puis, je crie. Je frappe la porte comme s’il s’agissait de mon agresseur. Mes poings sont douloureux, mais ce n’est rien à côté de l’angoisse qui me serre le cœur. Ma poitrine brûle. Qu’ai-je fait? Je vais mourir. J’aurais dû dire à mes parents que je les aime. »

Dossier spécial à la fin à propos de plusieurs cas d’enlèvements médiatisés au Québec, qui comprend un «portrait du ravisseur » et une liste de ressources au Québec.

Mon avis :  Que d’émotions!

Je ne pourrai jamais vraiment décrire exactement ce que j’ai ressenti tout au long du récit. C’est un mélange de bouleversement et d’envie de prendre autant la maman du récit que Véronique dans mes bras. 

Dans ce roman, on vit avec Véronique et Lise (sa maman) les répercutions reliés à l’enlèvement de Véronique.

En tant que mère de trois jeunes enfants, j’ai été directement atteinte par ce récit. On se demande quotidiennement si nous sommes une bonne mère…Vivre un enlèvement est imprévisible, terrifiant malgré le fait qu’on aie été la meilleure mère du monde. En fait, ça peut arriver à n’importe qui, malgré le fait d’avoir mis en garde nos enfants plusieurs fois…

Ce que ce roman m’a appris : COMMUNICATION

On lit de manière impuissante les pensées d’une mère attristée et d’une petite fille qui se sent incomprise. En tant que lectrice, on voudrait que crier : PARLEZ-VOUS, vous avez tellement à vous dire, vous avez tellement d’amour à vous donner…

Le lien entre ses enfants et une mère est solide et indestructible. Malgré n’importe quelle distance que la vie peut infliger à une famille, une mère aimera toujours ses enfants plus que tout au monde.

À lire sans aucun doute.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s